La pub de Dove ulcère les âmes pures

Rappel de l’épisode. La marque de cosmétiques Dove, propriété du géant néerlandais Unilever, a présenté ses excuses sur les réseaux sociaux, lundi 9 octobre, après avoir diffusé en ligne une publicité qui lui a valu de nombreuses accusations de racisme.

« Dans une image publiée cette semaine, nous sommes passés à côté en pensant représenter les femmes de couleur, et nous regrettons profondément le tort que cela a causé. »

La vidéo en question, une publicité d’une durée de trois secondes pour un savon liquide, montrait une femme noire enlevant un tee-shirt pour laisser apparaître une femme blanche et rousse, qui elle-même enlève son tee-shirt et laisse apparaître une troisième femme brune au teint mat.

Pas de quoi fouetter un chat. Mais tout pour affoler les consciences pures (noires ou blanches, peu importe) qui n’ont de cesse de guetter la peste brune dans tout ce qui touche de près ou de loin à la couleur de la peau et s’épanchent avec forces injectives sur les réseaux plus ou moins sociaux. Imaginer qu’une entreprise comme Unilever puisse délibérément laisser comprendre que son savon rend blanche la peau noire relève pour le moins d’un manque de discernement. Mais au fond, ce déchaînement de belles consciences n’est-il pas l’expression du binarisme culturel ambiant qui est incapable de recul, de compréhension d’un début de deuxième degré et qui prend toute allusion pour assertion ? À ce tarif, difficile d’échapper à la vigilance des couillons dès lors qu’on nuance sa pensée et, effet corollaire, facile de manipuler l’esprit de ces diminués à coups d’épate-couillons. Et à raison de quelques tags adroitement distribués sur le réseau, tout un chacun se fera une réputation vertueuse auprès des citoyens qui ont troqué leurs cerveaux pour un SEO avec contrôle parental renforcé.

Humeur du jour… 🙂

Denis Allard

In this article